A propos d'Air2G²

Les fonctionnalités d'Air2G² :
L'application Air2G² est un outil permettant aux utilisateurs d'être informés quotidiennement sur la qualité de l'air au sein du Grand Genève. Les informations sont disponibles sous forme de cartes ou de données provenant de stations de mesures à proximité. Grâce à un système de « switch France-Suisse» l’utilisateur peut choisir, en fonction de sa géolocalisation ou de sa préférence, l’indice de référence de qualité de l’air qui s’affiche sur son écran (échelle suisse ou française).
Bons gestes et recommandations :
Air2G², c’est aussi des bons gestes recommandés au quotidien en fonction des polluants majoritaires mesurés. Ces bons gestes se transforment en recommandations lors des périodes de vigilance, c’est-à-dire quand les seuils de dépassement sont atteints.
Alertes en cas d'épisodes de pollution : 
En cas de pics de pollution, l'utilisateur reçoit une notification. En cliquant dessus, ce dernier ouvre l'application et peut constater le niveau de qualité de l'air. Pour aller plus loin la notification pollution prévoit de rediriger vers les sites officiels détaillant les mesures et usages à prendre en compte (circulation différenciée, interdiction d’utilisation des appareils de chauffage au bois d’appoint peu performants etc.) 

Les sources de données :
ATMO Auvergne Rhône Alpes, l’observatoire agréé par le Ministère  de la Transition écologique et solidaire, pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air en Auvergne-Rhône-Alpes assure la modélisation des données sources de l’application Air2G², en partenariat avec les services de l’air du Canton de Genève et du Canton de Vaud. Les indices de qualité de l'air diffusés dans l'application Air2G² se basent sur une estimation quotidienne du niveau de pollution global (de très bon à très mauvais) en tout point de l’agglomération franco-valdo-genevoise.
Il s'agit d’indices multi-polluants : 3 polluants sont pris en compte dans le calcul : le dioxyde d'azote NO2, les particules fines PM10 et l'ozone O3. L'indice global prend la valeur du sous-indice le plus élevé des trois.
L’indice est calculé à une échelle de 10 mètres pour les agglomérations importantes et à l'échelle du kilomètre sur le reste de la région.
L'ensemble des indices sont calculés et cartographiés pour la veille, le jour-même et le lendemain.